Pays Bas en Stop ! Nederlando petveturante!



Avec un ami, nous avons décider de faire un petit aller retour en auto-stop de Dinan aux Pays Bas pour une visite de courtoisie a ce petit pays.Itinéraire...

Kun unu amiko, oni decidis vojaĝi iri kaj reveni petveturante el Dinan ĝis Nederlandoj por amika vizito en tiun etan landon. Vojo...

Le voyage commence bien....

La vojaĝ' komencis bone...

En commencant par le début, soit a Dinan, nous avons été prit par un voisin jusqu'à Dol de Bretagne. En ce lieu, l'épreuve de la patience. 3 Heures a gamberger, attendre, regarder passer les nuages, les voitures et les mouches. Mais ce ne sont pas 3 petites heures qui nous arrêteront, nous avons alors été de saut de puces en saut de puces....

Caen, le pont de normandie puis le Nord pas Calais pour arriver a Lilles où plus précisement a son aire d'autoroute avant l'entrée de la ville où nous avons encore une fois attendus longtemps. L'échange entre des conducteurs et les autostoppeurs que nous étions n'était pas toujours facile. Notre panneau « Amsterdam » nous faisaient passer pour des consommateures de chanvre, celui de « Tombouctou » pour des illuminés et enfin Lilles pour on ne sait pas quoi. Fort heureusement, nous avions un ouvrage : Le comte de Monte Christo avec nous pour passer un peu de temps.. nous avons attendus la nuit pour être prit par un Neerlandais qui rentrait au pays. Ainsi en partant a 8h00, nous arrivés a 1heure du matin a Einhoven!

Komencente kun la komenco, alivorte de Dinan, oni esti kaptita dank'al nejbaro ĝis Dol de Bretagne. En tiun lokon, la provo de pacienco. 3 ĥoroj restante, antente, mirante la nuboj, la veturiloj kaj la muŝoj. Sed 3 ĥoroj ne haltos nin, ni finfine iris veture post veture...

Caen, la normanda ponto post la departamento Nord Pas de Calais por alveni fine je la urbo de Lilles ĉirkaŭ la 7-a aŭ vespere. Ni atendis longtemp, la eŝanĵo inter la ĉoforantoj kaj nin ne estante facile. Nia kartono en kiu estis skribita « Amsterdamo » montris nin kiel kanab-fumantoj, lia de « Tombuktŭ » por ilumitantoj kaj Lilles, mi ne scias. Ĉanse, ni havis libron «  La grafo de Monto Kristo » kun ni por pasi la tempon. Ni atendis la nokton por havi nedarlanda veturilo kiu revenis al lando. Fine forirante je la 8-a matene, ni alvenis je la 1-a matene en Einhoven !

Einhoven



Nous y sommes donc arrivé a 1 heure du matin, bien arrivé. La personne avec qui nous avons traversé les pays bas nous a déposé au centre ville et proche de la gare.Nous nous sommes donc dirigés vers le lieu dont nous avions besoin : une sandwicherie! Salade et sandwich, mais cela remonte déjà, je ne sais plus bien. La rue de bars et de boîte de nuit la plus longue d'europe est pour nous. Bien sur avec les paquetages et la fatigue, on est pas forcement réceptif à 100% a tout. D'autant plus qu'à 5 heures, les bars ferment, donc nous, on est dehors. Comme de juste il pleut. Nous demandons alors à un passant, un cycliste avec des petites roues. Et il nous propose de dormir chez lui... « vous avez des bonnes têtes »

Ni arivis je la 1-a matene, bone alvenita. La persono kiu alportis nin ponis je la centro de la urbo apud la stacidomo. Ni rejte iris kie ni necesis...la sanviĉejo! Saladon kun sandviĉon. Post ni marŝis ĉe la plej longa strato de Eŭropo kun baroj kaj nokto baroj. Nature, kun la pakaĵoj kun laso, oni ne komprenas ĉio je 100% . Prezize ke je la 5-a, la kafeoj fermas, do ni, sendanĝera franculoj oni sidas ekstere. Evidente pluvis. Mi kamarado petis al iu pasanto kie on povus dormi, kaj, li proponis ke oni domors hejme...... « ĵes kn'aboj, vi havas bonaj k'apoj! »

Utrecht

Bon, c'est pas tous ça, au fond de notre charmant hangar à vélo le lendemain, il est 9 heures. En route vers de nouvelles aventures! En passant dans diverses rues d'Einhoven on sent un pays différent, vraiment. En stop vers Amsterdam, finalement, nous haltons à Utrecht. Plus précisement, la personne nous a déposé a Utrecht. Donc re-marche vers le centre ville qui est un poil éloigné de la 4 voies. J'ai rarement vu des villes autant entourées de verdure, autant de champs partout et de vert, une certaine forme d'équilibre architecturale entre l'ancien et le nouveau. Comme nous le disions (désolé) mais il semble que pour se permettre une certaine libertée de moeurs, les néerlandais semblent avoir intégré un ensemble de règles de vie en communauté, donc « Un carré dans la tête ». Utrecht présente un cadre plus tranquille qu'Amsterdam. Sympa et posé, on y flane agréablement et tranquillement. Encore des aventures plus tardivement quand nous cherchons a dormir. Car toutes les auberges de jeunesse sont fermées. Ce que nous découvrons après multes recherches et marches à pied...en d'autres mots à 1heure du matin. Plus de choix, à nous prenons le train pour Amsterdam...

Do, la tago ne estas finita. Je la fondo de nia ĉarma biciklejo la tago post, estas la 9-a matene. Ek por la aventuro! Pasanta je diversaj stratoj, oni vere miras al alian landon.Alia civilizacio. Petveturante al Amsterdamo, fine, oni haltis je Utrecht (prononcu Utrert).pli presize, la persono alportis nin tien. DO denove marŝanta ĝis la urb-centro kiu estas iom far de la rapidvojo. Mi rare vidis urboj iel verdaj, ĉirkaŭita de kampoj, unu eble koherencon inter la novan kaj malnovan arkitekturon. Nidiris (pardonu) ke por havi etan liberan vivmanieron, la nederlandanoj devus havi memprenita aro de komuna viv reguloj, alivorte « kvadrato en la kapo ».Utrecht prezentas pli agrablan vivlokon ol Amsterdamo. Bone kaj simple, oni promenas kviete. Aventuroj plu kiam oni komenci deziri trovi iu dormejo. Ĉar la ĉiuaj hosteloj estas fermita. Oni nature malkovris tiun je la 1-a matene. Oni elektis trajni ĝis Amsterdamo...

Amsterdam

Bien sur, pour les francophones, on ne peux pas s'en passer...monsieur Jacques Brel, inoubliable! En vidéo...Mais n'oublions pas de mentionner le fait que nous avons été acceuillit, comment dire? Par une professionnelle (semble -t-il) du quartier sous-nommé Rouge. Moi complètement a la ramasse, fatigué, je n'avais remarqué qu'une jolie demoiselle. Ben voyons. Toujours est-il qu'entre notre heure d'arrivée et 5h30 du matin, nous avons parcouru des ruelles, tournés en rond, en cercle, en demi ellipse et retourner, revenu, revu, repassé dans divers endroits d'Amsterdam. Nous avons appliqué la technique de la fourmi qui lorsqu'elle est perdu tourne en rond. Donc hérinté, dans une autre dimension physique et mental de fatigue. Pour finir, nous n'avons pas cherchés d'auberges de jeunesse voyant le panneau « Plein » partout. Le parc central était tout a fait indiqué a notre état. Je rappelle que nous avions les chausses au pied depuis 20 heures...Même certains gens de la rue non pas eu peur. Blasés!

Nature, por la franclingvanoj, oni ne povas forgesi lin..Signoro Ĵak Brel, neforgesebla! Sed oni ne devas forgesi ke oni estis akceptita en tiun ĉarman urbon per alian ĉarman signorinon. Alivorte, oni ege supozas ke ŝi estas profesiulino de la kvarano sub nomita Ruĝa.Mi, komplete malkestre, elŝerpita, mi ĵus rimarkis lidan personon. Breve, inter la 1-a matene kaj la 5-a kaj duono, oni marŝis ! Ronde, antaŭe, reveni, alveni vidi, revidi en diversaj lokoj de Amsterdamo. Ni fariĝis same kiel anto kiu marŝas ronde kiam ŝi estas perdita. Por termini, ni ne ŝerŝis dormejon vidanta la panelo « Plena » ĉie. La centrala parko estis tute perfekta por ni. Mi ĵ us prezizas ke ni vestis la ŝuoj ekde 20 hxoroj. Eĉ kelkaj strat-popoloj ne timis.

Le lendemain, enfin quelques heures plus tard, nous nous levons la tête a peu près sur les épaules. Deux trois tartines au miel plus tard, on cherche une auberge de jeunesse car il ne faut pas déconner. On trouve et là, boum, sieste douche. Ça fait du bien après quoi, on tourne dans notre sens là où nous voulons chaqu'un de notre côté. Au marché des tulipes, musée de la torture pour lui et Van Gogh pour l'autre. Passé un peu de temps près des canaux a se reposer, on prend son temps, en sentant diverses ambiances, on sent aussi que Largo Winch est passé par là. Le musée Van Gogh m'a impressionné, certaines peintures sont très puissantes. On sent le mouvement de la scène en vie, je pourrais m'y étendre longtemps. La suite est encore autre chose, encore a parcourir les rues sans fin, nous sentons un plus les ambiances, les gens et les lieux. Notre premier ressentit ce confirme, sur la tolérance et le laisser aller des Néerlandais qui ont admis un « carré dans leurs têtes » car nous n'avons pas vu de bagarres, pas ressentit de tensions entre poivreaux même si certains ressemblent bien a nos accollites de la rue de la soif à Rennes. Vous semblerez peut-être surpris que je n'ai pas parlé de « Hemp food shop » ou « Cofee Shop »...c'est simple je ne suis pas fumeur!

La tago morgaŭ, vere kelkaj ĥoroj post, ni ekvekiĝis la kapo iom certe sur la ŝultroj. Du aŭ tri pan tranĉoj kun mielo post, oni ŝercas iu dormejo ĉar oni ne tro devas ŝtultuligi nin. Oni trovas kaj fine, duŝo, siesto.

Après donc une journée et demi dans la cité lacustre, nous décidons qu'il en est assez et graçe au site de Wikipouce, nous découvrons une aire d'autostop prédestinée. Donc nous rentrons. Le chemin se passe, nous arrivons tardivement a Antwerpen-Anvers où nous dinons. Mais nous décidons de prendre une nuit douce et étoilée, confortable et agréable, en bref, j'ai un ami dans le nord qui après coup de fil accepte de nous héberger.

Retour en Bleuzerie!

Donc nous arrivons a la gare de Lilles pour sauter de le train d'Hazebrouck Le petit souci, est que nous ne savions pas quand était ce fameux train. Nous sautons du trin et là...le mur! Celui qui divise les civilisations, les gens et les idées. En bref 6 douaniers, 3 militaires armés jusqu'aux dents de sagesse! C'est pour dire. Bien sur, avec ma gueule de métèque, de poète, on me demande...mes papiers! Comme de juste c'est toujours les non fumeurs qui trinquent face aux fumeurs ou dans ce cas ci des gens croyant avoir une idée fumeuse! Donc, n'ayant rien de comprométant, ces monsieurs ont cru le parfait opposé de la réalité ainsi, mon coté théatral a parlé Ugh! Il fallait être sur place...je ne pourrais pas décrire ce moment sans une certaine forme d'égo!

En bref pour finir, mon cher ami et sa famille nous ont acceuillit dans leur maison où par le hasard des rencontres un élève en cornemuse écossaisse (si si) nous a déposé sur une aire d'autoroute depuis laquelle nous sommes rentrés en Bretagne vers minuit. Le lendemain, les yeux plein de souvenirs et les chaussettes de sueurs mouates nous avons été prendre un bon bol d'air proche du lac.

1,0