esperanto¨›AIKIDO et Philosophie martiale¨›francais



eo - AIKIDO - fr




Tout d'abord, je tiens bien a signaler qu'en ą©tat de fait : je ne dispose que du SHODAN Aikikai (type ceinture noire). Donc, un simple niveau qui ne me permet que d'entrevoir ce qu'est l'AIKIDO, je ne permet pas de faire de copier-coller pour expliquer ceci, ou cela, je donne ma vision a l'heure actuelle de cet art martial. Par ailleurs, je precise que si je reste parfois vague, c'est parce que les techniques de l'art sont consideree comme secrete donc, si vous desirerez plus renseignement.....(veuillez m'excusez pour les accents et les "??", je ne comprend pas mon programme, ni pour les phrases sans accent) tapez Aikido chez google ou Wikipedia

Bref Historique:

L'Aikido a ete fonde au debut du 20e sciecle par O'Sensei Morihei UESHIBA (prononcez Ouchiba). Lui-meme eleve assidu de diffą©rentes ą©coles martiales du Japon.



Biographie du fondateur:



morihei ueshiba




Essai de traduction du KANJI : AI KI DO

AI : Harmonie, oui, amour, union des forces/energies

KI : energie, flux vital

DO : voie, chemin

ce qui peut donc se traduire par : La voie de l'amour " l'expression de l'amour " selon maitre Ueshiba

Pratique de l'art :

Appliquer les conseils, les regles de son professeur et d'O'Sensei. La pratique ne doit pas rechercher la competition entre les membres du club ou a l'exterieur, ne pas rechercher la violence gratuite ou utiliser l'aikido comme un remede a la violence que l'on peut rencontrer. Chaque technique a un cote dangereux voir mortel si elle est utilisee en combat reel. Donc, la plus grande precaution doit etre prise durant la pratique. Si vous recherchez l'acquisition martiale pour pouvoir l'utilisez a l'exterieur, malgre mon petit niveau, je peux dire que vous vous dirigez dans une voie violente, mauvaise et dangereuse. L'Aikido n'a pas ete cree pour la guerre ou regler des conflits personnels, c'est un art de la paix. Un art non violent meme si certaines fois, on pourrait en douter.

Savoir se controler, savoir ce que fait son corps dans telle ou telle situation.


Comme nous l'a precise P.M dans un des SESERAGI (revue de la FFAB) le pratiquant doit tojours se considerer comme un/e debutant/e. Ainsi on se remet en cause plus facilement que si l'on se dit " bon ". Personnellement j'essaie de trouver cet aspect de la pratique avec justement des debutants pour donner le savoir et me restructurer :

--- donner le savoir est un objectif en soi. Si l'on reste sagement dans son coin en regardant du coin de l'oeil les autres en rigolant de leur erreur, d'une part ceci peut etre considere comme une insulte, ensuite, car on empeche les autres de progresser sans le don du savoir. La technique et sa philosophie doivent etre transmise aux debutants dans la mesure ou on l'a connait soit meme (cela va sans dire).

--- me restructurer, d'une part en me remettant constamment en cause dans mes conseils. Car une erreur sera obligatoirement reproduite, ensuite car j'apprends des methodes pedagogiques qui me serviront par la suite. Savoir etre indulgent est egalement une clef, si l'on est trop severe, le debutant souffre et ne progresse pas ; trop gentil le debutant croit progresse et peut se diriger dans une erreur par notre faute, il faut ce " juste milieu " que l'on repete si souvent.

Du point de vue personnel, j'opte pour une recherche actuelle sur les appuis et le centre en recherchant activement les principes AIKIDO dans chaque technique (je n'ai pas vraiment finit...), le vide et le plein.



Pour les non-pratiquants, je precise que dans la pratique des armes, nous utilisons le sabre (BOKKEN) en bois, la lance (JO) en bois egalement, ainsi que le couteau (TANTO) en bois toujours. Je souligne le fait qu'en 8 ans de pratique, je ne me suis jamais blesse avec les armes, meme si un coup sur la tete ou sur un doigt peut faire mal, ce n'est pas une blessure grave.

Mon niveau de SHODAN ne me permet qu'une approche theorique des armes, principalement du JO et du TANTO. Cela dit, je remarque que les armes aussi simple que puisse paraitre leur pratique, le maniement requiert adresse, precision et nettete, connaissance donc, on ne peut pas les manier a mon avis comme on le voit trop souvent dans le cinema . Le choix des techniques etant plus limite, on se limite aux projections ou immobilisations ( plus rare). Cela dit, meme en bois, ces armes sont par definition mortelles, donc, on les utilisent avec precaution, les debutants sont donc particulierement encadres pour la securite.

LE BOKKEN : sabre en bois dont la taille varie en fonction du pratiquant. Pourquoi en bois ? D'une part pour eviter les blessures qu'un sabre reel peut occasionner, d'autre part, pour l'histoire : Au Japon Miyamoto MUSASHI devait se battre contre un adversaire redoutable en escrime, mais le sachant trop sur de lui, il prit une rame, tailla un sabre. Il remporta le combat d'une part en humiliant son adversaire avec un sabre en bois et d'autre part, parce que lui ne disposait pas du sabre en acier. De fait, il est demontrer qu'en bois ou en acier, la nature du sabre compte moins que la pratique de celui qui l'utilise. Nous utilisons dans les DOJO une replique de ce sabre en bois. Bien evidemment, nous ne taillons pas de rames pour cet effet et nous n'humilions plus notre adversaire ......lui aussi a un sabre en bois! Et parce que cela va contre les regles etablies par O'Sensei. Pourquoi utilisez un sabre? Dans la pratique de l'Aikido, le sabre permet de se recentrer dans les techniques, de diriger son souffle dans un mouvement de coupe. Dans la vie quotidienne, il est bien evident qu'il n'y a pas d'agresseur qui surgira sur vous avec un sabre. ( ou si le cas se presente, vous pouvez m'envoyer un courriel ?...)

LE TANTO : replique d'un couteau utilise par les samourais. Les sabres etant interdit dans la cour du shogun (chef de clan assez puissant), les couteaux sont beaucoup plus present pour l'auto-defense. C'est une des raisons pour laquelle on est utilise aujourd'hui dans les DOJOs . Par ailleurs, les tanto etaient en majorite places dans le kimono pour le combat rapproche.

LE JO : lance mesurant 1m28 en moyenne. Mais, si vous mesurez 1m85, la lance sera proportionnellement grande. (A mon avis, c'etait la lance d'O'sensei qui mesurait 1m28 et par convention, c'est devenue la taille par definition). La lance, ne dispose pas d'embout bien qu'a l'origine, on pouvait y coiffer 10 embouts differents. C'est pour des raisons de securite donc, que nous n'en avons pas. Nous avons trois methodes de pratiques : KATAS, projections et immobilisations.

La technique global semble naitre de la nature, des armes. On ne peut pas travailler les techniques (mais je me trompe peut-etre) sans rechercher le lien avec les armes. La pratique se situe a genoux, debout et une autre forme, les attaques variant . Le mouvement est le maitre mot. Cependant mouvement ne signifie pas vitesse, en ce cas les erreurs apparaissent... vite. Il s'agit majoritairement de mouvements circulaire.

Il est difficile d'expliquer cette pratique car, on recense autant de formes que de pratiquant, autant d'energie que d'aikidokas. L'aiki a ce petit quelque chose qui fait que meme si un mouvement est repetitif il est different a chaque fois. A chaque fois, la technique est differente. Les debutant/es ont souvent l'impression de ne pas avancer dans la pratique, mais ne desesperer pas. Au fond, avec ou sans les armes, les techniques ne changent quasiment pas, meme dans la forme. Je pense que meme si on distingue une quantite infinie de techniques, il n'y a en realite qu'une a chaque fois, une qui revient perpetuellement sous des formes qui en apparence semblent differente.

LE CALME : je remarque que dans certaines situations, il serait plus facile d'etre violent, mais l'Aikido a finit par me calmer. Le fait de me poser pour etudier une technique se retransmet dans la vie courante sur un sujet precis ou un autre.

LA NON-VIOLENCE : Aikido est non violent. Le fait de pouvoir utiliser une technique d'Aikido dans une situation reelle est extremement dangereux pour les personnes concernees. Un mouvement peut tuer, blesser ou donner la vie. Cependant, il ne faut pas se tromper, un art martial est un art de la guerre, sauf celui-ci qui refuse les principes guerrier violent. Personnellement, je n'utilise plus la violence pour regler mes problemes.

LA CONNAISSANCE DES POSSIBILITES CORPORELLES : dans la pratique, nous chutons enormement, a force de pratique, je chute de mieux en mieux (je veux dire de plus en plus loin et de plus en plus haut sans me fatiguer, ce qui n'ai pas encore parfait sur la forme), mon corps peut faire des choses que je ne savais pas qu'il pouvait faire. Par ailleurs, les massages pratiques dans les cours, me permettent par la suite de " soigner " les gens qui en ont besoin ou qui le demandent.

DES RENCONTRES : les stages d'Aikido ne sont pas des competitions, se sont des rencontres entre les pratiquants pour le progres commun. Depuis le premier stage departemental avec maitre Toshiro SUGA jusqu'au stage International de Lesneven avec les Tamura Sensei et YAMADA, les rencontres que j'ai eu l'occasion de faire que ce soit avec les maitres ou avec les personnes sont toujours enrichissantes et chaleureuses.

UN EXERCICE PHYSIQUE REGULIER : durant l'annee, le corps est soumis e des stress, des coups, des rigueurs, des tensions... l'AiKi permet (comme de nombreux autres sports) de liberer les tensions /ou de s'en debarrasser/. Le rythme cardiaque accelere en fonction de l'intensite de l'effort physique, mais permet au corps de se maintenir en forme. Il libere des toxines nocives par la sueur, le souffle... Un medecin (C.M.) a d'ailleurs demontre l'interet de l'Aikido pour la sante. Ma frequence de pratique est environ de 2 h 30 par semaine d'Aikido plus 1h30 de Iaido.









Droit de l'image : Copyrighte, mais j'autorise quiconque ą› utiliser l'image a condition de repondre aux conditions suivantes :
- indication de la provenance
- de ne pas utiliser les images pour un quelquonque usage commercial dans tous les cas possibles




Accueil

liens et documentations

1.33



La Passion de l'A‘Ýákido